Italie - CIVM 2022 -

Discussions générales sur les épreuves et les informations concernant le Championnat d'Europe de la Montagne ainsi que toutes les autres courses europééennes (Suisse, Belgique, Italie, Luxembourg, ...).
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Petite précision concernant Diego De Gasperi qui a connu des problèmes moteur le dimanche et n'a pu donc défendre ses chances a la régulière.
Pour le reste pas besoin de se prendre la tête pour savoir qui a la plus longue :mrgreen: on a, a mon sens, à faire à deux très bonnes nations de montagnards avec beaucoup de pilotes compétitifs et de belles machines :!:
pWe
Messages : 3488
Inscription : dim. 30 août 2009 23:30

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par pWe »

mon commentaire est une réaction à la remarque qu'on lit régulièrement (ou du moins lisait avant Braga) sur Facebook de la part d'une partie des suiveurs italiens qu'en France Schatz gagne "devant personne"
soyons solidaires pour virer ce virus au plus vite
raoul68
Messages : 2191
Inscription : dim. 9 oct. 2016 14:08

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par raoul68 »

Et il n'y avait pas tous les pilotes : Billy Ritchen, Damien Chamberod...
Objectivement nous sommes très forts, enfin nos représentants le sont.
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Assurément mon cher Raoul ça ne fait l'ombre d'aucun doute ;) cependant pour être tout à fait objectif et précis, l'Italie n'avait pas non plus la totalité de ses meilleurs représentants, entre autre Domenico Scola, Luca Caruso, Stefano di Fulvio n'etaient pas du voyage à Braga (sans compter F. Conticelli dont la saison s'est arrêtée à Ascoli).
raoul68
Messages : 2191
Inscription : dim. 9 oct. 2016 14:08

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par raoul68 »

ben007 a écrit : sam. 15 janv. 2022 13:44 Assurément mon cher Raoul ça ne fait l'ombre d'aucun doute ;) cependant pour être tout à fait objectif et précis, l'Italie n'avait pas non plus la totalité de ses meilleurs représentants, entre autre Domenico Scola, Luca Caruso, Stefano di Fulvio n'etaient pas du voyage à Braga (sans compter F. Conticelli dont la saison s'est arrêtée à Ascoli).
Je ne me permttrai pas un débat sérieux, contre ton expérience et expertise, mon cher Benoît. Merci pour tes informations et le partage de litw de Geoffroy, qui était rres intéressante.
Avatar de l’utilisateur
dartagnan
Messages : 4201
Inscription : dim. 30 août 2009 22:40
Localisation : nord isere

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par dartagnan »

Personnellement,je me hasarderai a dire qu'en ce moment,l'Italie et la France sont les 2 grandes nations de la montagne,en Europe.Il y a bien l'Angleterre,mais avec une réglementation si différente,il est dur de comparer.
Par contre,en voitures fermées,les meilleurs sont a l'est,Tchéquie,Pologne,Slovaquie,etc...
Le Luxembourg et la Belgique sont de trop petits pays pour produire de bons pilotes en quantité,mais la qualité y est.
En ce moment,les Allemands sont en léger retrait,surtout en ouvertes.
Mais bon,c'est juste un ressenti,avec le doigt bien profond dans l'œil :mrgreen: .
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Bonne synthèse malgré un doigt dans l'oeil :mrgreen: un peu moins à l'Est j'ajouterai l'Autriche pour ce qui est des fermées notamment avec Schagerl peut être le plus rapide en Europe actuellement.
L'Espagne compte aussi quelques bons pilotes et un championnat plutôt spectaculaire au vu des divers vidéos.

Raoul, loin de moi d'être un expert mais plutôt un spectateur aventurier :D c'est vrai que je connais un peu le championnat italien pour m'y rendre régulièrement depuis quelques années mais le notre est sur une très bonne dynamique ces derniers temps et ça c'est top ;)
neaultphilippe
Messages : 654
Inscription : ven. 22 mai 2020 15:24
Localisation : Chalon sur saone (71)

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par neaultphilippe »

ben007 a écrit : dim. 16 janv. 2022 09:51 Bonne synthèse malgré un doigt dans l'oeil :mrgreen: un peu moins à l'Est j'ajouterai l'Autriche pour ce qui est des fermées notamment avec Schagerl peut être le plus rapide en Europe actuellement.
L'Espagne compte aussi quelques bons pilotes et un championnat plutôt spectaculaire au vu des divers vidéos.

Raoul, loin de moi d'être un expert mais plutôt un spectateur aventurier :D c'est vrai que je connais un peu le championnat italien pour m'y rendre régulièrement depuis quelques années mais le notre est sur une très bonne dynamique ces derniers temps et ça c'est top ;)
Benoît un souvenir...de peut-être 2016 !au col saint pierre, à l'épingle gauche (je pense le dimanche) tu avais discuté avec des spectateurs, sur Christian merli, et tu avais dis : il est spectaculaire et j'ai peur que ça finisse mal !te souviens tu de cette discussion ?
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Helas Philippe ma mémoire n'est pas aussi précise, j'étais bien au St Pierre en 2016 mais je ne me souviens pas avoir regardé un passage à l'épingle ou alors je passais par là en debut de journée pour monter car pour le peu que j'y suis allé (3 ou 4 fois de mémoire) je me suis quasi toujours situé dans la seconde partie du tracé, plus rapide au profil qui me correspond davantage, mais bon si tu le dis ;) Si c'est l'année où il a plu le dimanche matin je me souviens d'un gros passage de Macario sur l'humide peu avant l'arrivée. Pour ce qui est de Merli, au debut de son passage à la FA30 je me souviens avoir eu quelques craintes mais finalement peut être que ses passages fougueux avec la Radical ou encore la PA2000 avaient trop marqué mon esprit :D je dois dire que quelques années plus tard, lui comme Faggio ont été d'une fiabilité incroyable faisant très peu de fautes malgré l'intensité de leur duel forçant l'admiration :)
neaultphilippe
Messages : 654
Inscription : ven. 22 mai 2020 15:24
Localisation : Chalon sur saone (71)

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par neaultphilippe »

je te dis 2016 mais ça peut être 15 ou 17(c'était enCEM)la seule chose que je me souviens de cette année, c'est les câbles de la sono avaient été coupés et n'avions pas eut de son le dimanche
au col saint pierre j'y suis allé de 2013 à 2018
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Cette histoire de sono me parle mais je crois que ma mémoire sélective n'a pas retenu cette anecdote, difficile de se souvenir de tout, le disque dur commence à saturer :D
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Pour revenir sur le sujet du post, ITW de Samuele Cassiba dont on devrait retrouver sa petite Osellina à moteur Suzuki sur les pentes du CDF (ITW Cronoscalate Che passione)


🎙️ Salut Samuel, merci pour avoir accepté notre interview. Qui est Samuel Cassibba dans le monde des courses et dans la vie quotidienne ?
🗣️ Samuel Cassibba : "Bonsoir les amis, merci d'être toujours là et de m'avoir donné votre attention. Dans la vie de tous les jours, je suis exactement comme dans la course. Je suis toujours optimiste quoi qu'il arrive, j'essaie constamment de donner mon meilleur dans tout ce que je fais, en essayant de ne jamais perdre mon cran et mon sourire, qui sont le sel de la vie. Je travaille dans l'entreprise familiale et malgré mon temps libre est très peu, 90% de celui-ci est dédié à ma plus grande passion qui est la course. "

🎙️ Nous demandons généralement aux pilotes qui leur ont donné la passion pour les moteurs, mais vous le faire semble évident. Nous vous demandons donc, qu'avez-vous en commun avec votre père Gianni ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Il est évident de vous dire que ma passion vient de mon père et je découvre chaque jour que nous avons vraiment beaucoup en commun. « J'ai appris de lui la force de ne rien abandonner devant rien et de toujours pousser pour le meilleur, mais de ne jamais s'arrêter pour garder les pieds sur terre. Grâce aux courses j'ai la chance de passer plus de temps avec lui qui est non seulement un super papa mais aussi un ami, un manager d'équipe et un vrai professionnel. Il se trouve que nous nous retrouvons sur des pistes de course stratégiquement éloignées, c'est parce que nous avons des styles et des habitudes de conduite différents, mais il reste sans aucun doute ma plus grande référence. "

🎙️ Pouvez-vous nous parler de vos débuts dans les chronoscalates ? Comment cela a-t-il marché ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Mes débuts à la 53e Nissena Cup en 2004 avec une BMW 330 Diesel, que papa utilisait pour la course. Je m'en souviens comme un grand début qui m'a beaucoup diverti et excité. "

🎙️ Que conseilleriez-vous à un jeune comme vous qui est excité d'entrer dans le monde de l'escalade dans le temps ?
🗣️ Samuel Cassibba : « À un jeune homme qui rêve d'entrer dans le monde du chronoscaling, je suggérerais de suivre cette passion parce que c'est un sport spécial, mais qui nécessite beaucoup de patience et de cran. Ensuite je suggère d'abord, de choisir de conduire une voiture découverte ou couverte et de là commencer par les petites cylindres pour apprendre lentement, afin que vous puissiez conduire la voiture que vous voulez avec beaucoup d'expérience. "

🎙️ Comment préparez-vous un week-end ? Donnez-nous les détails si vous le pouvez.
🗣️ Samuel Cassibba : « Ma préparation pour un week-end commence déjà lundi, dans les découpages du travail préparation d'abord la voiture, coupe, changement et ensuite toute l'organisation logistique pour arriver à destination. Quand je peux, j'arrive à destination le jeudi après-midi pour que nous puissions installer notre camping car, de là le travail acharné de la préparation du terrain commence. Je commence à mémoriser la route, j'essaie de comprendre le type d'asphalte et d'apprendre le plus d'informations possible de la piste pour que je puisse avoir une excellente base de départ déjà dans les épreuves et ensuite dans la course pour pouvoir donner le meilleur. "

🎙️ Vous avez un rêve de tiroir en ce qui concerne votre carrière de course ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Oui, bien sûr, j'ai un rêve dans le tiroir et qui sait bientôt je n'aurai plus la chance de le réaliser, c'est sûr que je n'abandonnerai pas facilement même si je crois que je peux dire qu'à chaque fois que je baisse la visière et me tiens debout devant le start j'ai envie de faire mon rêve. "

🎙️ Comment vous entraînez-vous tout au long de l'année ? Faites-vous de la gym et/ou toute autre activité physique ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Pendant le cours de l'année pour des raisons de travail, je peux passer peu de temps à la salle de sport, donc je m'entraîne principalement avec du kart avec une équipe locale, où je me retrouve agréablement avec mon « jeune frère » Luigi Fazzi Nope. "

🎙️ À partir de 2019, tu cours avec ton Osella PA21 JrB Suzuki. Un choix à contre-courant le moteur, puisque les 1000 autres biplaces de la maison turin montent la BMW. Qu'est-ce qui vous a poussé à chercher cette solution
🗣️ Samuel Cassibba : « Nous disons que lorsque nous avons été proposés au projet PA21 JrB, nous avons fait plusieurs évaluations et grâce à l'expérience et au professionnalisme de RgCarTronik, fabricant de Tumino Moto et concessionnaire officiel Suzuki qui m'ont aidé, il a fli ed pendant ces trois années, nous avons choisi un moteur de la dernière production, très innovant. "

🎙️ Maintenant que vous vous êtes cousu sur l'Osella 1000, vous rêvez du saut de catégorie à 2000 prototypes ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Disons que nous envisageons attentivement ce qui serait le meilleur choix, aussi selon mon style de conduite et ensuite nous verrons si nous choisissons 1600, 2000 ou 3000. ""

🎙️ Parlons de votre saison 2021 Runner-up dans les moteurs de moto et classe 1000 cup : quel budget pensez-vous avoir pour cette année ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Je pense que je peux parler d'un excellent budget de cette année, construit course après course. Même si, à contrecœur, souvent seul en classe, je suis fier d'avoir battu les anciens records de catégorie ainsi que d'avoir combattu un grand Maroni avec un 1600cc. Je ne peux que dire merci à ceux qui croient en moi et me soutiennent et je tiens à remercier : Paco 74 Corse, RgCarTronik, Tumino Moto, Autosport Sorrento avec Avon et SS Competition pour m'avoir fourni le meilleur matériel possible, afin que je puisse avoir un ultra performant, fiable et super voiture victorieuse en 2021. "

🎙️ Au Masters cette année vous n'avez pas échoué, menant parmi les moteurs de motos aspirantes et précédant les voitures plus puissantes. Que nous dites-vous du transfert portugais ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Le portugal à l'extérieur était certainement lourd si je pense à la distance, mais c'est une expérience unique que je n'oublierai guère. Je crois que l'organisation, le défilé des Masters, la présence du public et la gestion de tout l'événement, on peut les qualifier cela de parfait. La course elle-même a été difficile, mais nous y sommes arrivés aussi, prouvant que ma petite JrB pouvait avoir son mot à dire même dans une si grande compétition. "

🎙️ Quelle a été la plus belle victoire (en tant qu'une seule course) et la pire erreur que vous avez faite ?
🗣️ Samuel Cassibba : « La plus belle victoire est celle à venir, que je poursuis course après course. La grosse erreur ? Je dirais Copa Sila 2015, tu es arrivé dans un éteint et tu as fait un tête à queue. Puis vous essayez de vous repasser cela, mais malheureusement je n'ai pas pu écrire mon nom en premier lieu pour quelques secondes. Et je regrette de ne pas l'avoir fait vu ce qui m'est arrivé. "

🎙️ Vous avez couru dans de nombreux endroits du nord au sud, quels itinéraires préférez-vous et avec quelles caractéristiques ?
🗣️ Samuel Cassibba : « J'ai l'impression que je ne peux exclure aucun itinéraire parce que j'adore courir dans chacun d'eux, mais je préfère généralement les itinéraires avec beaucoup de techniques de conduite qui sont les tracés les plus sélectifs et les plus rapides. Ceux qui sont les plus importants pour moi sont certainement : Monti Iblei, Coppa Sila, Pedavena Croce - D'Aune et Gambarie. "

🎙️ Quels projets avez-vous pour 2022 ? Avez-vous déjà rendu quelque chose d'officiel, prenez-vous le temps de trouver quoi faire ou allez-vous rester sur l'Osellina ?
🗣️ Samuel Cassibba : « Nous avons vendu les rêves d'Osellina à contrecœur, donc nous définissons le programme 2022 et prévoyons d'être présents à la fois dans le CIVM et le TIVM. ""

🎙️ merci pour cette interview Samuel, salutations à tous les fans ?
🗣️ Samuel Cassibba : « merci beaucoup de m'avoir donné cette opportunité, merci à ceux qui auront le désir de lire jusqu'ici et une chaleureuse salutation aux plus chers passionnés avec l'espoir de vous voir bientôt sur les pistes de course. "
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

A partir de cette saison les E2-SH jusque 2000cm3 n'auront plus droit de concourir en CIVM mais seulement en TIVM, encore un règlement de plus sorti du chapeau laissant sur le carreau l'un des pilotes les plus véloces en voitures fermées en Europe :oops: voyez il n'y a pas qu'en France qu'on subi des décisions absurdes sur le plan réglementaire ... peut être tentera-t-il sa chance en CEM :?:
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

✍ Entretien Alessandro Gabrielli ... "Cronoscalate Che Passione"

Nous avons interviewé Alessandro Gabrielli, Champion d'Italie 2021 du groupe E2-SH. L'homme d'Ascoli a parlé de ses trente ans de carrière et de sa course triomphale la saison dernière avec l'Alfa 4C Picchio sur notre page, et il l'a fait sans cacher un rêve particulier. Bonne lecture.

🎙️ Salut Alessandro, merci d'avoir accepté notre interview. Qui est Alessandro Gabrielli dans le monde de la course et dans la vie de tous les jours ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Alessandro est une personne qui vit de pain et de moteurs et qui au quotidien a hérité de l'entreprise familiale, un atelier mécanique spécialisé dans la réparation de carrosserie, l'assistance routière et qui fait aussi office de centre de révision et qui prend beaucoup de temps . Cela fait 30 ans que j'ai commencé la course : ma carrière a été assez variée et importante, des courses de côte au Supertourisme avec Alfa puis aux rallyes où j'ai participé aux Championnats d'Italie et d'Europe et quelques courses de championnat du monde avec la Delta. Mais les plus grandes satisfactions que j'ai eues avec l'Audi Sport Italia. C'est sûr que ce qui m'a distingué, c'est l'immense passion que je ressens pour ce sport."

🎙️ D'où vient ta passion pour les moteurs ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Cela vient certainement du travail de mon père, donc en fait je vis parmi les voitures, et puis les premières courses que j'ai vues étaient les différentes éditions du contre-la-montre à domicile ici à Ascoli : j'habitais à 100 mètres du départ historique ici dans la ville. Et là, je suis tombé amoureux des voitures de course."

🎙️ Peux-tu nous parler de tes débuts dans les courses de côte ? Comment c'était?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "J'ai fait mes débuts en voiture en 1991 dans la montée à domicile de la Paolino Teodori Cup avec une Peugeot 205 Rally. Je me souviens très bien que nous étions 42 partants, et j'ai réussi à terminer troisième immédiatement. Une immense satisfaction."

🎙️ En parlant de votre carrière, en 2002, une fois l'expérience Osella PA20S BMW terminée, vous montez à bord de l'Audi A4 Superturismo et vous vous cousez votre premier tricolore. Que pouvez-vous nous dire sur cette magnifique saison ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Je dois dire que l'expérience avec le sport n'était pas très excitante pour moi, aussi parce que j'avais un véhicule peu performant et que le constructeur ne m'a pas donné un coup de main pour faire mieux. Plus tard, en discutant avec des amis rencontrés dans le passé à Superturismo, ils m'ont proposé l'Audi A4 Superturismo ; J'en suis immédiatement tombé amoureux dès que je l'ai essayé à Varano. C'était l'une de mes meilleures voitures parmi les nombreuses que j'ai conduites, cette saison a été mémorable. Partout où je suis allé, nous avons établi des records après des records, et encore aujourd'hui, certains sont restés invaincus dans la catégorie 2000. Ce véhicule est sûrement toujours compétitif.

🎙️ En 2018, vous avez pris les rênes de l'Alfa Romeo 4C Picchio, l'amenant rapidement à deux championnats du groupe E2-SH. D'abord, décrivez-nous ce coupé suralimenté de la Biscione, puis comment une voiture aussi complexe a-t-elle évolué ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Après l'expérience avec l'Audi A4 dans le Championnat Superstars, j'ai fait quelques années où j'ai couru un peu sur courant alternatif. Un matin, j'ai rencontré Eng. Di Pietrantonio et du coup je lui ai dit : "Mais qu'est-il arrivé à la 4C ?", et il m'a répondu qu'elle était garée et toute poussiéreuse en sa compagnie. En guise d'excuse, je répondis : "Mais pourquoi tu ne me le donnes pas ?" Il m'a répondu en plaisantant comme je l'avais fait auparavant : « Si tu me laisses gagner, je te fais courir, tu dois me le promettre. Le lendemain, je suis allé à son usine et nous sommes parvenus à un accord. Je me souviens encore d'être sorti très, très effrayé par cela, parce que la voiture était de toute façon décrite comme inconduisible. Mais alors vous connaissez tous l'histoire. Cependant, c'est une voiture très difficile à conduire, avec une puissance actuellement égale à environ 520 chevaux et un poids de 820 kg. Au début on préférait ne pas avoir de grosses puissances pour pouvoir mieux le gérer, mais en tout cas il peut se targuer d'un gros couple. Certes en tant que voiture elle est très performante, nous avons fait de bons développements mais il en faut encore beaucoup d'autres."

🎙️ Cette année en particulier, vous êtes revenu sur le toit de l'Italie au terme d'un duel passionnant avec Gramenzi et sa 4C aspirée. Vous souhaitez nous parler de ce millésime ? Comment avez-vous vécu cette « rivalité » avec Marco ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « Cette année, ce fut une grande satisfaction de remporter ce championnat. On s'est battu le couteau entre les dents avec les adversaires, notamment avec Marco Gramenzi qui a développé et sorti une arme plus puissante que la nôtre, mais on a quand même réussi à la contenir et en fin de championnat on a remporté ce championnat qui en notre opinion est vraiment triple pour la façon dont cela s'est passé. Quant à la compétition avec Marco, c'est pour moi un grand ami et surtout il y avait beaucoup de sportivité et de loyauté dans notre duel ; nous avons donné du spectacle et du prestige à ce championnat avec ces deux merveilleuses voitures, uniques au monde et qui courent toutes les deux en Italie."

🎙️ Le récent triomphe au CIVM vous a également permis de participer au FIA Hillclimb Masters à Braga, avec l'honneur et la charge de représenter le quatuor bleu à la Coupe des Nations. Que pouvez-vous nous dire de cette expérience ? Que pensez-vous du Performance Factor, la nouvelle méthode de classification des voitures de tourisme appliquée justement dans l'Olympic Climb ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Oui, la victoire au CIVM nous a permis d'aller au Master, je me souviens que j'étais à Trapani en vérification quand le capitaine Fiorenzo Dalmeri m'a appelé et m'a dit qu'il m'avait inclus parmi les quatre pour représenter l'Italie. C'était vraiment une énorme source de fierté pour moi. Je dois dire qu'au Portugal nous avons fait une course vraiment incroyable car avec notre voiture nous n'étions absolument pas compétitifs par rapport aux autres, mais malgré tout nous avons réussi à faire une septième place vraiment excellente contre des monstres qui ici en Italie ne pouvaient même pas courir avec la nôtre .règlement : ils utilisent de l'essence et des notions techniques qui ne sont pas autorisées dans notre championnat. Mais c'était une très belle expérience, et ceux qui y sont allés ne peuvent rien dire d'autre. C'est particulièrement unique alors de représenter une nation et donc c'était vraiment excitant. En ce qui concerne le facteur de performance, honnêtement, je suis un peu sceptique, mais je ne suis pas du genre à critiquer : je respecte toujours la réglementation et j'essaie toujours de donner le meilleur de moi-même et de mes voitures en fonction de ce que dit la règle. . "


🎙️ Au cours de votre longue carrière, vous avez eu l'opportunité de conduire de nombreux types de voitures différentes, vous confirmant comme un pilote polyvalent. Laquelle de ces propositions vous a le plus plu ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « J'ai certainement piloté de nombreuses voitures, toutes très belles et très performantes, mais dans mon cœur, cependant, il y en a quatre qui m'ont vraiment permis d'exceller : la première est la Ford Escort Cosworth avec laquelle j'ai fait mes débuts en 1993 à Alghero quand j'ai participé pour la première fois au CIVM, la seconde c'est la Clio Maxi qui m'a vraiment donné beaucoup de satisfaction, puis l'Audi A4 Superturismo et bien sûr l'Alfa Romeo 4C que je conduis maintenant."


🎙️ Parmi les nombreuses compétitions auxquelles vous avez dû faire face, lesquelles sont restées dans votre cœur ?

🗣️ Alessandro Gabrielli: "Les courses que j'aime le plus sont de toute façon celles sur route et donc j'ai les courses de côte dans mon cœur. Parmi ceux que je préfère, il y a certainement Ascoli, Rieti-Terminillo, Vallecamonica et le Caprino-Spiazzi. »

🎙️ Quelle a été la plus belle victoire (en une seule course) et la plus grosse erreur que tu as commise, où peut-être qu'aujourd'hui encore tu te dis "j'aurais dû faire ça" ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Ce n'est pas une victoire, mais certainement l'une de mes meilleures performances a été au Rallye de Monza 1996 avec la Lancia Delta Proto d'Errani, dans une étape vraiment importante avec des pilotes de classe mondiale entre le rallye et la piste : j'avais des adversaires du calibre de Biasion, Zanardi, Badoer et bien d'autres. J'ai réussi à tenir tête à tout le monde et honnêtement ce fut une grande satisfaction.
Malheureusement, la plus grosse erreur que j'ai commise a été à Magione lors de ma première course avec Osella, où j'ai eu un grave accident et j'ai été arrêté pendant trois mois. Là j'aurais certainement pu faire autrement quand j'ai senti que la pédale de frein ne fonctionnait plus, mais j'ai insisté, j'étais en tête au début et donc je me suis laissé emporter par l'enthousiasme, mettant ma vie en danger. J'ai fait une sortie de route à plus de 220 km/h sans freiner en bout de ligne droite, donc peut-être qu'avec un peu de prudence j'aurais certainement évité l'accident."


🎙️ En parlant de regrets, en 1995, 2000 et 2001 tu as touché l'absolu en Coupe Teodori. Qu'est-ce qui vous a manqué pour faire le buzz chez vous ? Comment ces défaites vous ont-elles changé mentalement ?

🗣️ Alessandro Gabrielli: "Eh bien là, nous touchons définitivement un point sensible: un pilote avec une carrière comme celle-là qui n'a pas encore réussi à faire l'absolu dans la course à domicile, et cette chose me brûle beaucoup aussi parce que dans les trois éditions qui J'ai terminé deuxième j'ai eu un de ces monstrueux malheurs. Dans la première sur le mouillé j'étais en tête avec la Clio Maxi, puis la course a été interrompue car un pilote s'est renversé et c'est finalement l'Osella de Luca Pacini qui a réussi à signer le meilleur temps. En 2000, je me souviens que j'étais premier aux essais, puis en course, une trompette d'admission s'est cassée : la voiture a perdu de la puissance et j'étais toujours deuxième. Lors de la troisième édition de 2001, cette année-là, je participais au Championnat d'Europe, donc en Italie, j'ai dû courir avec une voiture bridée et affaiblie et je n'ai pas pu suivre Armando Mangini qui avait une voiture un peu plus puissante que la mienne. Ici, comme on dit : personne n'est prophète chez soi. Cette fois-là, j'étais vraiment déçu parce que pour la énième fois j'avais raté la victoire à domicile, mais ensuite la déception s'est immédiatement dissipée aussi parce que quatre mois plus tard j'étais déjà sur l'Audi A4 Superturismo et nous connaissons tous l'histoire comment ça s'est passé et tout ce qui s'en est suivi. que la voiture m'a donné."

🎙️ En parlant de votre famille de coureurs, cette année votre fils Matteo a fait ses débuts à la Teodori Cup. Quel conseil avez-vous donné à un jeune homme comme lui ? Comment votre passé de karting a-t-il affecté l'atterrissage en montée ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « J'ai vraiment transmis ma passion à beaucoup de gens. J'ai traîné avec moi et par conséquent j'ai aussi lancé mes frères Gianni et Davide que vous connaissez peut-être un peu plus et enfin mes enfants, car tant Matteo qu'Enrico courent avec des karts. Cette année, Matteo a fait ses débuts à Ascoli, certainement l'émotion que vous ressentez en voyant un enfant courir est bien supérieure à ce que vous ressentez lorsque vous courez. Avant son départ je me suis arrêté pour lui donner très peu de recommandations et pour lui dire que c'était sa première course, je lui ai fait confiance. Plus précisément, je lui ai dit : « fais ce que tu peux, l'important c'est que tu arrives à la ligne d'arrivée », et je dois dire qu'il l'a fait d'une excellente manière. Et puis Matteo a beaucoup d'expérience puisqu'il vient du karting, donc les jeunes qui viennent de cette spécialité ont certainement un avantage."

🎙️ Quand tu étais enfant, avais-tu une idole dont tu t'inspirais ou t'inspires-tu encore aujourd'hui ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « J'ai certainement deux idoles. L'un est Mauro Nesti qui était encore le plus célèbre, mais je n'ai jamais aimé le sport alors aller voir le tourisme mon idole est définitivement Maurizio Iacoangeli. Je lui dis toujours, je l'ai suivi depuis l'époque de l'Alfa 75 puis pour passer à sa mythique BMW quand il luttait contre des étrangers comme Cserkuti, Dosieres, etc."

🎙️ Comment vous préparez-vous pour les courses le week-end ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « Dans la préparation des courses, j'ai toujours été très méticuleux. J'ai un peu le don de me souvenir assez facilement de toutes les ascensions. Dans tous les cas, je prends mes repères, je les enlève, et j'essaie encore et encore en faisant plusieurs kilomètres ; aujourd'hui encore, après de nombreuses années de carrière aussi bien le samedi que le dimanche, je me lève à 5 pour retrouver la voie libre et essayer de faire deux passes dignes de leur nom. »

🎙️ Des projets pour la saison 2022 ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : "Pour 2022, nous prévoyons de toujours répéter l'italien, en essayant de faire quelques apparitions supplémentaires à l'étranger. Mais on veut surtout préparer mon rêve, qui est d'aller faire Pikes Peak en 2023. »

🎙️ Merci Alessandro d'avoir pris le temps, un salut à tous les fans ?

🗣️ Alessandro Gabrielli : « Je veux dire un grand bonjour à toutes les personnes qui m'ont suivi cette année dans le championnat, je dois dire que j'ai trouvé un public vraiment chaleureux et aussi très technique. Ils sont venus me voir pour m'expliquer comment j'avais réussi, ils voulaient savoir comment la voiture était fabriquée, donc c'étaient des gens très passionnés et compétents. Alors, salutations à tous les fans de la course de côte et à bientôt pour ce championnat 2022. Bonjour à tous ! »
Avatar de l’utilisateur
dartagnan
Messages : 4201
Inscription : dim. 30 août 2009 22:40
Localisation : nord isere

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par dartagnan »

Très passionnant et instructif :D .
Avatar de l’utilisateur
dartagnan
Messages : 4201
Inscription : dim. 30 août 2009 22:40
Localisation : nord isere

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par dartagnan »

https://www.iltornante.it/scaramozzino- ... lla-norma/
Elle vient de qui ? Ces couleurs me disent quelque chose,mais ça ne reviens pas :? .
Avatar de l’utilisateur
modo1
Administrateur du site
Messages : 786
Inscription : mer. 19 août 2009 18:32

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par modo1 »

dartagnan a écrit : lun. 28 févr. 2022 10:24 https://www.iltornante.it/scaramozzino- ... lla-norma/
Elle vient de qui ? Ces couleurs me disent quelque chose,mais ça ne reviens pas :? .
Les couleurs rappellent celles de la Norma de David Meillon, mais ce n'est pas le même modèle.

Celle d'Alain Perraud était aussi dans ces tons, mais avec beaucoup plus de vert.
N'hésitez pas à me contacter par MP pour tous problèmes techniques ou toutes suggestions.
raoul68
Messages : 2191
Inscription : dim. 9 oct. 2016 14:08

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par raoul68 »

Pour reveiller notre ami Ben : " Live streaming della Coppa Val D'Anapo Sortino con classifiche aggiornate in tempo reale, più Classifiche live della Coppa della Consuma

https://www.hillclimb.it/live/
Dédé
Messages : 2868
Inscription : sam. 11 sept. 2010 20:37
Localisation : Var

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par Dédé »

raoul68 a écrit : sam. 26 mars 2022 10:05 Pour reveiller notre ami Ben : " Live streaming della Coppa Val D'Anapo Sortino con classifiche aggiornate in tempo reale, più Classifiche live della Coppa della Consuma

https://www.hillclimb.it/live/
:) Tu peux y aller Ben, j'ai vérifié cette fois-ci c'est bien le bon :D !

( ;) Je te charrie mon Raoul)
:shock: "'A raggion s'a piglian'e fess'!" :lol:
ben007
Messages : 2964
Inscription : lun. 2 mai 2011 12:34

Re: Italie - CIVM 2022 -

Message par ben007 »

Oh P...2 mois :shock: pas vrai ça a redemarré :o :oops: faut que je pense à sortir de mon hibernation hein :? merci les gars d'avoir rallumé la lumière de l'onglet italien ;)
Dernièrement le Civm a perdu l'un des siens, Giuseppe Cuzzola, décédé accidentellement, pilote talentueux qui allait se consacrer davantage à la discipline avec notamment l'acquisition d'une Nova mais le sort en aura décidé autrement...
Pour être plus positif la course a repris ses droits ce week-end... Faggio et Merli priorité au CIVM ?? On va rapidement le savoir :idea:
Répondre